Le Versement Libératoire de l’impôt sur le revenu Auto-Entrepreneur

par | 22, Sep 2020 | Fiches Pratiques, Fiscalité

Lorsque vous remplirez le formulaire de création auto-entrepreneur, vous serez forcément confrontés à cette question : Qu’est-ce que le versement libératoire de l’impôt sur le revenu pour les auto-entrepreneurs ?

Et bien sûr, avec elle d’autres questions vont logiquement suivre : Quelles sont les différences avec l’imposition classique en auto-entreprise ? Quels sont les avantages du versement libératoire pour l’auto-entrepreneur ? Pourquoi opter pour le versement fiscal libératoire de votre impôt sur le revenu auto-entrepreneur ? Quelles sont les conditions pour pouvoir opter pour ce prélèvement libératoire de l’impôt ?

En effet, lors de la création de votre micro-entreprise, vous devez effectuer un choix entre l’imposition classique et le prélèvement forfaitaire libératoire. Ce choix est important car il impacte directement la façon dont vous allez payer votre impôt auto-entrepreneur et son montant !

Pas d’inquiétude, nous allons vous guider pour que vous puissiez choisir l’option la plus adaptée à votre situation.

Le Guide 2020 gratuit sur le statut auto-entrepreneur

Enfin un guide complet qui résume tout ce que vous devez savoir sur le statut Auto-Entrepreneur ! Téléchargez gratuitement ce guide de plus de 50 pages en cliquant sur le lien ci-dessous 👇

Le guide 2020 sur l’auto-entreprise

Téléchargez-le gratuitement !

ENTRETIEN CONSEIL GRATUIT

Besoin d’aide pour créer votre auto-entreprise ? Nos experts vous rappellent gratuitement !

Le versement libératoire auto-entrepreneur expliqué en vidéo

Nous avons condensé toutes les informations importantes concernant le versement fiscal libératoire dans cette vidéo explicative :

Qu’est-ce que le versement libératoire de l’impôt ?

Avant de rentrer dans les détails techniques, il est important de rappeler qu’un auto-entrepreneur est imposé à l’impôt sur le revenu (IR) et non à l’impôt sur les sociétés (IS).

Il doit donc effectuer une déclaration d’impôt sur le revenu auto-entrepreneur à l’aide du formulaire 2042-C-Pro pour déclarer les revenus générés avec sa micro-entreprise.

Les revenus auto-entrepreneur sont ensuite ajoutés aux autres revenus de votre foyer fiscal pour déterminer si vous êtes imposable ou non.

Le Versement Fiscal Libératoire (VFL ou prélèvement forfaitaire libératoire) est une option ouverte aux auto-entrepreneurs pour payer l’impôt dû pour l’activité auto-entrepreneur. Cette option permet de payer l’impôt en même temps que les cotisations sociales.

En effet, tous les mois (ou tous les trimestres), lorsque vous effectuerez votre déclaration de chiffre d’affaires, vous paierez votre impôt en même temps que vos cotisations sociales à l’URSSAF. L’URSSAF reversera ensuite à l’administration fiscale la part de vos cotisations correspondante à votre impôt sur le revenu auto-entrepreneur.

L’option pour le Versement Libératoire simplifie donc le paiement de l’impôt pour les auto-entrepreneurs. En effet, grâce au VFL vous payez en une fois toutes vos charges sociales et fiscales !

⚠  ATTENTION ⚠

Il faut respecter certaines conditions de revenus pour pouvoir bénéficier du versement libératoire. Nous vous les détaillons plus loin dans cet article.

De plus, cette option est à double tranchant : soit elle vous permettra de faire des économies d’impôt, soit elle aura l’effet inverse et vous paierez de l’impôt alors que vous n’êtes pas imposable ! L’impôt payé par le biais du VFL ne vous sera pas remboursé par les services fiscaux si vous avez opté pour cette option.

Le choix de l’option pour le versement libératoire dépend de la situation de votre foyer fiscal. Le meilleur moyen de savoir si vous devez ou non choisir le versement libératoire est de faire une simulation !

➜ Vous pouvez utiliser le simulateur de l’Orde des Experts-Comptables

Versement libératoire ou imposition classique : quelles différences pour l’auto-entrepreneur ?

Nous allons vous expliquer ici les 2 modes d’imposition de l’auto-entrepreneur : l’imposition classique et le versement fiscal libératoire de l’impôt sur le revenu.

L’imposition classique de l’auto-entrepreneur : le prélèvement à la source

Il s’agit du régime d’imposition applicable par défaut. Si vous n’avez pas opté pour le VFL, vous serez soumis à l’imposition classique. Dans ce cas, vous serez, depuis 2019, soumis au prélèvement à la source de votre impôt sur le revenu dû pour l’activité auto-entrepreneur.

Avec ce mode d’imposition, c’est en faisant votre déclaration annuelle de revenus que l’administration fiscale déterminera le montant de vos acomptes de prélèvement à la source dû pour votre activité auto-entrepreneur. Cette déclaration se fait entre le mois d’avril et le mois de juin, sur un feuillet complémentaire de la déclaration de revenus de votre foyer fiscal : le formulaire 2042-C-PRO.

Puisqu’il est impossible de déduire vos charges en auto-entreprise, les impôts appliqueront un abattement forfaitaire sur votre chiffre d’affaires. Cet abattement remplacera vos charges et permettra de déterminer votre revenu imposable en tant qu’auto-entrepreneur.

Sachez que la mise en place du prélèvement à la source dépend de l’année de création de votre auto-entreprise :

Vous avez créé votre auto-entreprise avant 2018

Dans ce cas, lors de votre déclaration de revenus réalisée entre avril et juin 2018, vous avez déclaré vos revenus auto-entrepreneur de l’année 2017. Vous avez donc du recevoir votre avis d’impôt sur vos revenus 2017 dans le courant de l’été 2018. Vous trouverez votre taux de prélèvement ainsi que le montant de vos acomptes sur cet avis d’imposition.

Afin de simplifier les démarches, ces acomptes seront directement prélevés sur votre compte bancaire dès janvier (ou février) 2019. Vous devrez, entre avril et juin 2019, déclarer vos revenus 2018. Cela permettra à l’administration fiscale d’actualiser le montant de vos acomptes à partir du mois de septembre 2019.

Vous avez créé votre auto-entreprise en 2018

Cette fois-ci, lors de votre déclaration de revenus réalisée entre avril et juin 2018, vous avez déclaré vos revenus de l’année 2017 mais ceux-ci ne comprenaient pas vos revenus auto-entrepreneurs puisqu’en effet vous n’aviez pas de revenus auto-entrepreneur en 2017. Vous avez donc 2 possibilité si vous n’avez pas opté pour le versement libératoire :

  • Vous connecter sur votre espace particulier sur le site des impôts (rubrique “Gérer mon prélèvement à la source”) et estimer vos revenus de l’année 2019 afin de verser des acomptes dès 2019,
  • Attendre septembre 2020 pour régler en un seul versement votre impôt sur le revenu dû pour l’activité auto-entrepreneur en 2019.

Cependant, attendre la liquidation définitive de l’impôt en 2020 peut être une solution risquée ! En effet, vous allez réaliser au printemps 2019 votre déclaration des revenus de l’année 2018. Si vous n’aurez pas d’impôts à payer pour vos revenus auto-entrepreneur de 2018, cette déclaration servira à l’administration fiscale à calculer le montant de vos acomptes dû pour l’année 2020. En 2020, vous vous retrouverez donc dans une situation délicate puisque vous paierez en même temps votre impôt dû pour les revenus 2019 ainsi que les acomptes dus pour l’année 2020 ! Vous aurez donc une double imposition la même année (en 2020) !

Vous créez votre auto-entreprise en 2019 ou 2020

Encore une fois, vous aurez 2 possibilités (si vous n’avez pas opté pour le versement libératoire) :

  • Vous connecter sur votre espace particulier sur le site des impôts (rubrique “Gérer mon prélèvement à la source”) et estimer vos revenus de l’année 2019 (ou 2020) afin de verser des acomptes dès 2019,
  • Attendre septembre 2020 (ou 2021 si création en 2020) pour régler en un seul versement votre impôt sur le revenu dû pour l’activité auto-entrepreneur en 2019 (ou 2020).

Et donc il en est de même si vous décidez d’attendre la liquidation définitive de l’impôt en septembre 2020, vous paierez en 2020 l’impôt sur les revenus de l’année 2019 ainsi que les acomptes dus pour l’année 2020. Vous aurez donc une double imposition en 2020, comme vu dans le cas précédent (idem pour une création en 2020).

L’abattement forfaitaire pour frais professionnels :

Puisque vous ne pouvez pas déduire de votre CA vos frais professionnels, vous devez donc déclarer à l’administration fiscale l’intégralité du chiffre d’affaires encaissé.

En revanche, vous ne paierez pas de l’impôt sur l’intégralité de votre chiffre d’affaires. Seule une partie de votre chiffre d’affaires sera prise en compte dans le revenu imposable. Les services fiscaux diminueront votre CA en appliquant un abattement forfaitaire qui remplace vos frais professionnels réels.

L’abattement forfaitaire varie en fonction de l’activité exercée :

  • 71% pour les activités de vente et les activités assimilées ;
  • 50% pour les activités de prestations de services commerciales et artisanales (BIC) ;
  • 34% pour les activités libérales et les prestations de services imposées aux BNC.

Votre bénéfice imposable est donc déterminé forfaitairement par les services des impôts, après application de cet abattement forfaitaire. Ce bénéfice est ensuite ajouté aux autres revenus de votre foyer fiscal et l’impôt est ensuite calculé en appliquant le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Il faut noter que cet abattement forfaitaire sera d’un montant minimum de 305€ (notamment pour les auto-entrepreneurs réalisant un faible CA).

L’option pour le versement libératoire de l’impôt auto-entrepreneur

Pour clarifier un peu les choses, il convient de rappeler que le versement libératoire de l’impôt peut prendre plusieurs noms selon les sites sur lesquels vous naviguez :

  • Versement Fiscal Libératoire (VFL)
  • Versement forfaitaire
  • Prélèvement fiscal (ou forfaitaire) libératoire
  • etc.

Tous ces termes désignent bien la même chose : le versement libératoire de l’impôt auto-entrepreneur.

Il s’agit d’une option qu’il faudra choisir expressément au moment de la création de votre auto-entreprise, ou éventuellement par la suite en le demandant aux services des impôts et à la Sécurité Sociale des Indépendants (ou à l’URSSAF).

Si vous optez pour le versement libératoire, vous ne serez donc pas soumis au prélèvement à la source classique.

Quelque part, le versement libératoire est une forme un peu différente de prélèvement à la source de votre impôt auto-entrepreneur. En effet, vous paierez votre impôt en même temps que vos cotisations sociales lors de vos déclarations mensuelles ou trimestrielles de chiffre d’affaires à l’URSSAF.

Le montant de cet impôt sera calculé selon un pourcentage de votre chiffre d’affaires. Voici les taux du VFL en 2020 :

  • 1% pour les activités de vente et assimilées
  • 1,7% pour les activités de prestations de services commerciales et artisanales (BIC)
  • 2,2% pour les activités de prestations de services (BNC) et les activités libérales.

En pratique, cela se traduira tout simplement par une ligne supplémentaire ou un taux différent sur vos déclarations de chiffre d’affaires auto-entrepreneur.

ⓘ IMPORTANT :

Si vous n’êtes pas imposable, n’optez pas pour le versement libératoire ! En cas d’option alors que vous n’êtes pas imposable, vous paierez quand même de l’impôt chaque mois ou chaque trimestre, et ce “trop perçu” ne vous sera pas remboursé par les services fiscaux.

Sachez également que l’option pour le VFL ne vous dispense pas d’effectuer une déclaration de vos revenus auto-entrepreneur via le formulaire 2042-C-Pro. Rassurez-vous, vous ne paierez pas d’impôt deux fois pour vos revenus auto-entrepreneur. En revanche, cette déclaration permet à l’administration fiscale de déterminer votre tranche d’imposition et votre taux de prélèvement à la source pour les autres revenus de votre foyer fiscal.

➜ Vous pouvez télécharger gratuitement notre guide pour faire votre déclaration de revenus

Quelles sont les conditions pour bénéficier du Versement Libératoire auto-entrepreneur ?

Le versement forfaitaire libératoire de l’impôt sur le revenu est réservée aux auto-entrepreneurs dont le revenu fiscal de référence de l’avant dernière année (N-2) ne dépasse pas un certain seuil. Ainsi, pour pouvoir bénéficier du versement libératoire de l’impôt en 2020, il faudra que le revenu fiscal de référence de 2018 (N-2) soit inférieur à :

  • 27 519 € pour une personne seule,
  • 55 038 € pour un couple (2 parts),
  • 82 557 € pour un couple avec 2 enfants (3 parts).

Vous devez donc vérifier au préalable que vous respectez bien cette condition afin de pouvoir opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire.

De plus, vous devrez également ne pas avoir dépassé les seuils de CA de la micro-entreprise l’année précédente pour continuer à bénéficier du VFL.

ⓘ À SAVOIR :

Vous pouvez retrouver votre revenu fiscal de référence sur la page de garde de votre avis d’impôt de l’année concernée dans le cadre “Vos références”.

Comment bénéficier du Versement Libératoire de l’impôt ?

Le terme “opter” signifie que le prélèvement libératoire est une option. Par conséquent, il faudra effectuer une demande pour choisir le versement libératoire. Il sera possible d’y opter de plusieurs manières :

  • lors de l’immatriculation de votre micro-entreprise ou dans les 3 mois qui suivent la création,
  • avant le 30 septembre pour une application au 1er janvier de l’année qui suit.

Lors de la création de votre auto-entreprise, vous pourrez opter pour le versement libératoire en cochant directement la case prévue à cet effet sur le formulaire de création (le cerfa P0 CMB micro-entrepreneur) ou en en faisant la demande dans les 3 mois qui suivent la création par courrier à la Sécurité Sociale des Indépendants (ou à l’URSSAF pour les professions libérales).

Vous pouvez également changer l’option pour le versement libératoire en cours de vie de votre micro-entreprise, d’une année sur l’autre. Vous devrez dans ce cas  en faire la demande auprès de la Sécurité Sociale des Indépendants (ou de l’URSSAF) par courrier recommandé avec accusé de réception. Votre demande doit être envoyée au plus tard le 30 septembre de l’année en cours pour une application au 1er janvier de l’année qui suit.

Vous pouvez télécharger notre modèle de courrier pour faire la demande d’option pour le versement libératoire.

Versement libératoire courrier option

Modèle de courrier d’option pour le versement libératoire

Téléchargez gratuitement

Versement Libératoire ou imposition classique : comment choisir ?

L’option pour le versement fiscal libératoire peut être intéressante d’un point de vue fiscal puisqu’elle peut, dans certains cas, vous permettre de réduire le montant de votre impôt.

Cependant, cette option peut aussi avoir l’effet inverse et vous faire payer de l’impôt sur le revenu alors que vous n’êtes pas imposable.

Le choix dépendra donc directement de votre situation personnelle : il n’y a pas de “meilleure option” valable pour tous. Vous devrez donc faire des calculs pour déterminer quelle est l’option la plus intéressante dans votre cas, en fonction de la composition de votre foyer fiscal (nombre de parts) et des différentes sources de revenus de celui-ci (revenus de votre conjoint par exemple).

Pour comparer les 2 options, vous pouvez utiliser le simulateur de l’Ordre des Experts-Comptables.

Concrètement, opter pour le versement libératoire vous permettra :

  • D’anticiper facilement le montant d’impôt à payer pour les revenus tirés de l’activité auto-entrepreneur grâce à l’application d’un pourcentage sur votre chiffre d’affaires,
  • De simplifier le paiement de votre impôt sur le revenu en le payant en même temps que vos cotisations sociales,
  • De faire des économies d’impôts si vous êtes suffisamment imposable.

Vous l’aurez compris, ce choix est donc très important car il peut vous permettre de faire des économies d’impôts, ou au contraire vous faire payer trop d’impôt ! En cas de doute, mieux vaut vous faire accompagner pour être sûr de choisir l’option qui vous est la plus favorable.

Pour vous donner une idée, nous avons permis à certains de nos clients d’économiser plusieurs centaines voir plusieurs milliers d’euros par an !

Comment savoir si vous êtes redevable de l’impôt sur le revenu ?

L’impôt sur le revenu se calcule en fonction de l’ensemble des revenus de votre foyer fiscal. Ainsi, pour savoir si vous êtes imposable ou non, vous devez prendre en compte l’ensemble des revenus de votre foyer fiscal : ceux de votre conjoint ou conjointe, des enfants qui sont encore dans votre foyer fiscal, les éventuels revenus locatifs, etc.

Ensuite, vous additionnez l’ensemble de ces revenus nets de frais (après déduction des éventuels abattement, frais réels ou frais forfaitaires de 10%, etc.) et vous divisez ce résultat par le nombre de parts de votre foyer fiscal (1 part par adulte et 1/2 part par enfant à charge). Vous aurez ainsi votre revenu imposable par part (on parle de quotient familial), à partir duquel vous pourrez déterminer si vous êtes imposable ou non en appliquant le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Vous trouverez plus d’informations sur le site des impôts concernant le calcul de l’impôt sur le revenu. Vous pouvez également utiliser le simulateur mis à votre disposition sur leur site. Si votre revenu par part dépasse la 1ère tranche du barème progressif qui est de 10 064 euros, vous êtes alors imposable et redevable de l’impôt sur le revenu.

Il convient de rappeler que vos revenus auto-entrepreneurs bénéficient d’un abattement forfaitaire comme vu plus haut. Ainsi, le revenu à prendre en compte pour déterminer votre revenu imposable est le chiffre d’affaires après abattement forfaitaire.

 EXEMPLES :

Cas n°1 :

En 2018, vous avez encaissé 24 000 euros avec votre auto-entreprise de prestation de services artisanale (BIC). Vous êtes célibataire sans enfant à charge et donc vous avez 1 part dans votre foyer fiscal. Vous n’avez aucun autre revenu.

  • Imposition classique : vous aurez un abattement de 50%, donc 12 500 euros de revenus imposables. La première tranche d’imposition débutant à 10 064 euros : vous serez imposé à hauteur de 11% sur 1 936 euros, soit environ 213 euros.
  • Prélèvement libératoire : le taux est de 1,7% pour ce type d’activité. Sur votre chiffre d’affaires auto-entrepreneur de 24 000 euros vous serez donc redevable de 408 euros d’impôts.

Dans cet exemple, l’option pour le versement libératoire n’est donc pas intéressante car elle vous ferait payer 195 euros d’impôts supplémentaires.

Cas n°2 :

En 2018, vous avez encaissé 24 000 euros avec votre auto-entreprise de prestation de services libérale (BNC). Vous êtes célibataire sans enfant à charge et donc vous avez 1 part dans votre foyer fiscal. Vous n’avez aucun autre revenu.

  • Imposition classique : vous aurez un abattement de 34%, donc 15 840 euros de revenus imposables. La première tranche d’imposition débutant à 10 064 euros : vous serez imposé à hauteur de 11% sur 5 776 euros, soit environ 635 euros.
  • Prélèvement libératoire : le taux est de 2,2% pour ce type d’activité. Sur votre chiffre d’affaires auto-entrepreneur de 24 000 euros vous serez donc redevable de 528 euros d’impôts.

Dans cet exemple, l’option pour le versement fiscal libératoire est intéressante car elle permet une économie d’impôts de 107 euros.

Réponses aux principales questions sur le versement libératoire auto-entrepreneur

Quels sont les avantages du prélèvement libératoire en micro-entreprise ?

Le principal avantage du versement forfaitaire libératoire est de réduire le montant de son impôt auto-entrepreneur lorsque l’on est imposable.

Il permet également de simplifier le paiement de l’impôt en le lissant sur l’année. En effet, vous payez votre impôt en même temps que vos cotisations sociales mensuelles ou trimestrielles et vous n’êtes donc pas soumis au prélèvement à la source pour vos revenus auto-entrepreneur.

Il est également facile d’anticiper le montant d’impôt à payer lorsque l’on opte pour le versement libératoire puisqu’il suffit d’appliquer un pourcentage sur votre chiffre d’affaires.

Comment choisir son mode d'imposition auto-entrepreneur ?

Vous avez sûrement dû entendre qu’il fallait choisir le prélèvement libératoire si vous étiez imposable pour payer le moins possible d’impôts. Ce n’est pas forcément vrai si vous êtes peu imposable. Par conséquent, il faut effectuer des simulations et calculs pour connaître le choix le plus intéressant.

En outre pour choisir entre les deux impositions à l’IR (prélèvement à la source ou versement libératoire), il faut que vous preniez en compte : le taux des abattements forfaitaires en auto-entreprise, les tranches d’imposition, leurs pourcentages et les taux du versement libératoire.

Vous pouvez utiliser le simulateur de l’Ordre des Experts-Comptables et le simulateur des impôts pour essayer de voir quelle sera l’option la plus intéressante dans votre situation. En cas de doute, n’hésitez pas à faire appel à nos experts pour éviter de faire un mauvais choix !

Un auto-entrepreneur qui a opté pour le versement libératoire doit-il remplir une déclaration de revenus ?

En ayant choisi le prélèvement forfaitaire libératoire, il faudra quand même remplir la déclaration 2042 C PRO. Il faudra y indiquer votre chiffre d’affaires hors taxe dans la partie “micro-entrepreneur (auto-entrepreneur) ayant opté pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu”.

Il faudra bien déclarer votre chiffre d’affaires avant abattement. En effet, c’est l’administration fiscale qui se chargera d’appliquer l’abattement forfaitaire correspondant à votre activité comme expliqué plus haut.

Comment arrêter l'option pour le versement libératoire auto-entrepreneur ?

Pour pouvoir arrêter le prélèvement libératoire et revenir à l’imposition classique, il faut “dénoncer l’option pour le versement libératoire”.

Cette dénonciation doit être effectuée à votre caisse de Sécurité Sociales des Indépendants (SSI) ou à l’URSSAF dans les mêmes conditions que pour l’option. C’est-à-dire que vous devrez envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception avant le 30 septembre pour arrêter le versement libératoire de l’impôt à partir du 1er janvier qui suit.

📥 Téléchargez notre modèle de courrier pour dénoncer l’option VFL

J'ai dépassé les seuils de TVA (franchise en base), puis-je bénéficier du versement libératoire ?

Si vous êtes redevable de la TVA, vous pouvez conserver ou opter pour le prélèvement libératoire.

Le fait d’être assujetti à la TVA ne vous exclu pas du prélèvement libératoire ni du régime micro-entrepreneur. Vous devrez juste être bien vigilant à toujours effectuer vos déclarations avec votre chiffre d’affaires hors taxes.

En revanche, il faudra toujours que votre revenu fiscal de référence de l’avant dernière année soit inférieur à certains seuils que nous vous avons détaillés ci-dessus.

Le prélèvement libératoire est-il modifié en 2019 avec la mise en place du prélèvement à la source ?

D’après les informations disponibles à ce sujet, il n’y aura aucun changement sur le fonctionnement du versement forfaitaire avec le prélèvement à la source. En effet, si vous avez opté pour le versement libératoire, vous payez déjà votre impôt “à la source” d’une certaine manière, et vous ne serez donc pas soumis au prélèvement à la source applicable depuis le 1er janvier 2019.

Lors de ma déclaration de revenus en ligne, on me demande de choisir un taux personnalisé. Que dois-je répondre ?

Avec le prélèvement à la source en 2019, cette question a été rajoutée pour les déclarations de revenu en ligne. Il s’agit du pourcentage qui sera retenu sur votre chiffre d’affaires pour le paiement de l’impôt à la source.

Néanmoins, si vous avez choisi d’opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire, vous n’en tiendrez pas compte car votre impôt sur le revenu est déjà payé tous les mois ou trimestres.

FAQ : Le versement libératoire de l’impôt

Qu'est-ce que le versement libératoire de l'impôt auto-entrepreneur ?

Le versement libératoire de l'impôt permet à l'auto-entrepreneur de payer l'impôt dû pour l'activité auto-entrepreneur en même temps que le paiement de ses cotisations sociales à l'URSSAF.

Faut-il opter pour le versement libératoire auto-entrepreneur ?

L'option pour le versement libératoire peut être intéressante si votre foyer fiscal est suffisamment imposable. Si vous n'êtes pas imposable, l'option n'est pas intéressante car elle vous fera payer de l'impôt.

Quand opter pour le versement libératoire de l'impôt ?

L'option pour le versement libératoire se fait lors de la création de votre auto-entreprise, sur le formulaire de création. Il est également possible d'opter pour le versement libératoire en cours de vie de l'auto-entreprise.

Quels sont les taux du versement libératoire auto-entrepreneur ?

Les taux dépendent de la nature de l'activité. Pour une activité commerciale, le taux sera de 1% du CA. Pour une activité artisanale, le taux est de 1,7% du CA. Enfin, pour les activités libérales, le taux est de 2,2% du CA.

Description de l'article
Versement libératoire auto-entrepreneur
Titre
Versement libératoire auto-entrepreneur
Description
L'auto-entrepreneur peut opter pour le versement libératoire pour simplifier le paiement de son impôt sur le revenu et aussi optimiser son imposition. Nous vous expliquons comment dans cet article.
Auteur
Mon-AutoEntreprise.fr