Devenir Auto-Entrepreneur Électricien : Le guide complet pour se lancer

par | 31, Mar 2020 | Fiches Métiers

Le guide 2020 sur l’auto-entreprise

Téléchargez-le gratuitement !

ENTRETIEN CONSEIL GRATUIT

Besoin d’aide pour créer votre auto-entreprise ? Nos experts vous rappellent gratuitement !

Vous souhaitez devenir auto-entrepreneur électricien ? Mais vous ne savez pas quelles sont les démarches à effectuer ? Installez-vous confortablement, nous allons vous expliquer comment créer votre auto-entreprise pour devenir électricien à votre compte à travers ce guide !

De plus en plus d’artisans optent pour le statut auto-entrepreneur pour se mettre à leur compte. Et les électriciens ne dérogent pas à cette règle ! C’est un régime qui permet aux travailleurs indépendants de bénéficier de nombreux avantages. Cependant, malgré les idées reçues, créer son auto-entreprise pour effectuer des travaux d’installation électrique n’est pas si simple qu’il n’y paraît.

Alors, comment devenir auto entrepreneur électricien ? On vous explique tout dans cet article.

auto-entrepreneur : le guide 2020

Avant d’aller plus loin, voici le premier outil dont vous aurez besoin pour créer votre auto-entreprise : notre guide complet sur le statut auto-entrepreneur. Et comme on aime vous faire des cadeaux, on vous l’offre ! Téléchargez gratuitement ce guide de plus de 50 pages en cliquant sur le lien ci-dessous 👇

L’auto-entrepreneur électricien en bref

Voici le résumé des principales informations à retenir pour devenir électricien en micro-entreprise :

Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent est : La Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA)

Le code APE généralement attribué par l’INSEE est : 43.21A – Travaux d’installations électriques dans tous locaux

Le plafond de chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur électricien est de : 176 200 € à l’intérieur duquel la partie afférente aux activités de services ne doit pas excéder 72 500 €

La catégorie fiscale de l’électricien en micro-entreprise est : Prestations de Services Artisanales – Micro-BIC

La rémunération des auto-entrepreneurs électricien est de : à partir de 30€ l’heure

Les cotisations sociales de l’auto-entrepreneur électricien sont de : 22% du chiffre d’affaires pour la main d’oeuvre et 12,80% pour la revente de fournitures

Auto-entrepreneur électricien: ce qu’il faut savoir sur l’activité

Avant de vous expliquer précisément les démarches pour devenir auto-entrepreneur dans l’électricité, faisons le point sur l’activité en elle-même. Tout d’abord, en quoi consiste l’activité ? Quelles sont les qualités requises pour devenir électricien indépendant ? Quelle est la réglementation applicable ? Faut-il un diplôme pour exercer en tant qu’auto-entrepreneur électricien ?

On va essayer d’éclairer votre lanterne 💡

En quoi consiste l’activité d’auto-entrepreneur électricien ?

L’activité de l’électricien consiste à concevoir, installer, gérer et réparer des équipements électriques ainsi que des réseaux. Les clients pourront solliciter l’électricien pour :

  • déterminer le positionnement d’équipements ;
  • entretenir les équipements électriques et les réseaux ;
  • installer des équipements tels que des chauffages ou des climatiseurs ;
  • poser des prises ou des tableaux ; 
  • raccorder des installations très basse tension ;
  • proposer un service de maintenance des équipements électriques.

L’auto-entrepreneur électricien peut exercer son activité aussi bien auprès d’entreprises et d’administrations que pour des particuliers à domicile. Il peut également travailler dans le secteur du spectacle et de l’événementiel (tournage de film, concert…). Le planning de l’auto-entrepreneur électricien varie, et peut être partagé entre de grands chantiers de plusieurs mois, et des missions plus ponctuelles.

Il est également possible pour l’électricien indépendant de fournir les équipements à ses clients. Dans ce cas, il exercera à la fois une activité de prestation de services (pour la main d’oeuvre), et une activité de vente de marchandises.

Il n’est pas rare que l’auto-entrepreneur en électricité intervienne en tant que sous-traitant pour une autre entreprise qui lui délèguera alors les travaux d’installations électriques sur un chantier d’envergure. Dans ce cas, il faudra être vigilant dans la rédaction du contrat de sous-traitance et dans l’organisation des relations pour éviter toute requalification en contrat de travail.

Quelles sont les qualités requises pour créer sa micro-entreprise en tant qu’électricien ?

Pour débuter en tant qu’auto-entrepreneur électricien, certaines qualités sont essentielles.

Pour commencer, vous devez faire preuve d’un grand sens de l’analyse, et de solides connaissances en physique, pour les notions de base d’électricité. Une bonne analyse du chantier à venir vous permettra de faire une estimation précise du coût du chantier, ce qui est primordial pour pouvoir vivre décemment de votre activité et facturer correctement vos prestations.

Vous devez également être rigoureux et sérieux, afin de ne jamais mettre en danger la vie de vos clients et la votre. Aussi, la vigilance est de mise ! En effet, le métier d’électricien est soumis à nombreux risques, à la fois corporels, et matériels.

Enfin, il faudra également savoir s’adapter aux demandes et exigences de vos clients. Vous devrez donc être à l’écoute de leurs attentes, et savoir anticiper leurs demandes et leurs besoins.

Pourquoi choisir le statut d’auto-entrepreneur pour devenir électricien indépendant ?

Le statut d’auto-entrepreneur électricien offre de nombreux avantages.

Pour commencer, les démarches de création d’une auto-entreprise sont plus simples que pour créer une société (EURL ou SASU). Vous n’aurez pas de statut de société à rédiger, et les formalités de création sont allégées.

Ensuite, opter pour ce statut vous permettra de simplifier la gestion de votre activité. En effet, sans vouloir faire trop “cliché”, il est bien connu que les artisans dans le bâtiment ont horreur de l’administratif. Avec le statut d’auto-entrepreneur, la gestion est simplifiée au maximum. Les déclarations de chiffre d’affaires sont simples, la comptabilité est allégée, et vous n’aurez pas à facturer de TVA ni à faire de déclarations de TVA en dessous de certains seuils de CA.

Autre avantage indéniable : les cotisations sociales sont relativement basses ! Elles seront de 12,80 % du chiffre d’affaires pour tout ce qui est revente de fournitures et de 22% pour la main d’oeuvre. De plus, si vous n’encaissez pas de CA, vous n’aurez pas de charges à payer.

De manière générale, le statut d’auto-entrepreneur est particulièrement adapté pour les activités de prestations de services. En effet, ces activités impliquent souvent des charges faibles, ce qui est l’idéal lorsque l’on choisit le statut auto-entrepreneur.

Devenez auto-entrepreneur électricien aujourd'hui !

Confiez vos démarches de création d’auto-entrepreneur électricien à nos experts : évitez les erreurs, ne ratez aucune aide et accélérer vos démarches !

La réglementation applicable à l’électricien auto-entrepreneur

Outre la réglementation spécifique du secteur de l’électricité, l’auto-entrepreneur électricien devra justifier d’une qualification professionnelle et souscrire à certaines assurances obligatoires.

De plus, si vous souhaitez travailler en sous-traitance ou avec d’autres auto-entrepreneurs, il faudra aussi être vigilant afin d’éviter une requalification en contrat de travail ou en société de fait.

Les qualifications requises pour devenir électricien auto-entrepreneur

Si certaines activités peuvent s’exercer sans diplôme en auto-entreprise, ce n’est pas le cas des travaux d’électricité.

En effet, le métier d’électricien est une profession réglementée. C’est pourquoi vous devez justifier de qualifications professionnelles pour pouvoir l’exercer. Ainsi, vous devez détenir :

  • un diplôme d’électricien : CAP/BEP, Bac professionnel, MC technicien, BTS ;
  • ou trois années d’expériences professionnelles en tant qu’électricien.

De plus, pour exercer ce métier, l’artisan doit avoir une habilitation électrique respectant la norme NF C 18-510. Pour l’avoir, il faut suivre une formation sur les risques et la sécurité liés à l’électricité.

Les assurances obligatoires pour les électriciens auto-entrepreneurs

Le métier d’électricien comporte des risques. L’électricien auto-entrepreneur se doit de respecter la loi Spinetta du 4 janvier 1978, et ainsi se trouve dans l’obligation de souscrire à trois assurances professionnelles, avant de débuter un chantier :

  • l’assurance responsabilité civile professionnelle (RC Pro) : elle couvre les dommages causés  autrui durant votre activité ;
  • l’assurance biennale : d’une durée de deux ans, elle permet d’assurer l’auto-entrepreneur en cas de dysfonctionnement des équipements installés ;
  • l’assurance décennale : d’une durée de dix ans, elle couvre les dommages liés à une malfaçon, un vice ou un défaut de construction mettant en péril la solidité de l’ouvrage.

Ces différentes polices d’assurances sont obligatoires pour l’électricien en auto-entreprise. Pensez à souscrire à ces assurances au cours de vos 6 premiers mois d’activité. En effet, au-delà de 6 mois, de nombreux assureurs refuseront de vous assurer. Nous vous recommandons notre partenaire, Simplis, spécialisé dans l’assurance des auto-entrepreneurs. Ils proposent les meilleurs tarifs du marché avec des garanties adaptées pour les auto-entrepreneurs.

Il existe également des assurances facultatives, mais qui sont fortement recommandées pour l’auto-entrepreneur électricien, en raison de la dangerosité de l’activité : la mutuelle santé et l’assurance prévoyance santé. Pour en savoir plus sur les différentes assurances, consultez notre guide ici.

ASSUREZ VOTRE ACTIVITÉ D’ÉLECTRICIEN

RC Pro, mutuelle santé, prévoyance… les assurances aux meilleurs prix !

Quelque soit votre besoin d’assurance, nous avons créé un partenariat avec Simplis, une assurance spécialiste des auto-entrepreneurs ! Profitez d’un entretien gratuit pour faire le point avec un expert de l’assurance et obtenir un devis personnalisé.

Les plafonds de chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur électricien

L’auto-entrepreneur qui réalise des travaux d’électricité est soumis aux plafonds de chiffre d’affaires des activités de prestations de services artisanales pour la main d’oeuvre. S’il vend également des fournitures et équipements à ses clients, il sera alors soumis à 2 plafonds : ceux de la vente de marchandises, et ceux de la prestation de services.

Pour l’auto-entrepreneur qui ne facture que sa main d’oeuvre, le seuil de CA pour continuer à bénéficier du régime de la micro-entreprise est de 72 500 € HT par an.

Si en revanche, vous décidez de facturer également les fournitures et équipements, vous serez alors soumis aux plafonds des activités mixtes soit :

  • 176 200 € de CA HT par an maximum,
  • Dont 72 500 € de CA HT par an maximum pour la main d’oeuvre.

Insistons bien sur le fait que les seuils ne se cumulent pas. En effet, pour faire plus simple, vous pouvez au maximum faire 72 500 € de CA HT en main d’oeuvre, et 103 700 € de CA HT par an en vente de fournitures et équipements.

ⓘ À SAVOIR :

Au-delà de 34 400 € de CA par an en main d’oeuvre, ou de 85 800 € de CA par an en vente de marchandises, vous devrez facturer de la TVA à vos clients et effectuer des déclarations de TVA. Il s’agit des seuils du régime de franchise en base de TVA.

De plus, les seuils doivent être ajustés prorata temporis pour l’année de création. Utilisez notre simulateur pour connaître vos seuils applicables en 1ère année en fonction de votre date de création.

Rester indépendant dans l’exercice de l’activité

Il existe 2 risques de requalification pour l’auto-entrepreneur en électricité.

La requalification en contrat de travail

Le premier risque est de voir le contrat de prestation de service être requalifié en contrat de travail. C’est notamment le cas pour des électriciens auto-entrepreneurs qui travaillent pour une seule entreprise et dont les relations avec celle-ci ressemblent très fortement à des relations employeur/salarié.

En effet, il n’est pas rare qu’un employeur dans le bâtiment propose à ses salariés de se mettre sous le statut auto-entrepreneur pour les faire travailler. Détrompez-vous, malgré ce que veut vous faire croire votre employeur, tous les avantages sont en sa faveur : vous lui “coûtez moins cher”, il peut arrêter à tout moment votre contrat sans avoir à payer d’indemnités de licenciement, et il aura beaucoup moins de formalités administratives à accomplir.

Mais cela comporte de nombreux inconvénients en revanche pour l’auto-entrepreneur ! En effet, vous n’aurez plus le droit aux congés payés, vous n’aurez plus droit au chômage en cas de rupture du contrat de travail, vous aurez des obligations administratives (déclarations de CA, comptabilité, etc.), et vous devrez payer vos cotisations sociales vous-même.

En cas de contrôle, vous vous exposerez tous les 2 à des sanctions sévères : requalification en contrat de travail, recalcul des cotisations sociales à payer pour l’employeur, remboursement des éventuelles indemnités chômages perçues par l’auto-entrepreneur, amendes et peines de prison, etc.

Vous pouvez toutefois travailler en tant que sous-traitant pour une entreprise, mais vous devrez dans ce cas rester totalement indépendant ! Pas d’horaires imposées, vous fixez vous-même le prix de vos prestations, l’autre entreprise n’a pas de pouvoir de contrôle et de sanction de votre travail, etc.

Pour éviter une requalification en contrat de travail, il est également important de rédiger un contrat de sous-traitance qui définira vos relations avec l’entreprise, le prix de la prestation, la durée des travaux, etc.

La requalification en société de fait

Le second risque est la requalification en société de fait. Ça peut être le cas lorsque 2 auto-entrepreneurs décident de s’associer et de travailler ensemble sur leurs chantiers.

En effet, le principe du régime de la micro-entreprise est que vous n’avez pas d’associé. Si vous prévoyez de travailler systématiquement ou de manière très régulière avec un autre auto-entrepreneur, vous devez vraiment envisager de créer une société (SARL ou SAS) afin d’éviter une requalification en société de fait.

Les conséquences de cette requalification peuvent être désastreuses pour les 2 auto-entrepreneurs :

  • les responsabilités deviennent solidaires : si l’autre auto-entrepreneur cause un préjudice à un client, on peut vous demander réparation de ce préjudice ;
  • les dettes sont confondues : si l’autre auto-entrepreneur a une dette professionnelle, on peut vous en demander le remboursement ;
  • les cotisations sociales seront recalculées au régime du réel : vous serez redevables de 50% de cotisations calculées sur les bénéfices au lieu de 22% calculées sur le chiffre d’affaires.

Mieux vaut éviter donc d’essayer de contourner la réglementation en travaillant à 2 auto-entrepreneurs comme 2 associés !

Les démarches pour Devenir Auto-entrepreneur ÉLECTRICIEN

Afin de devenir électricien auto-entrepreneur, vous aurez besoin d’effectuer différentes démarches. Mais pas de panique, on vous les explique pas à pas.

La déclaration en tant qu’électricien auto-entrepreneur

Pour créer votre auto-entreprise, vous devrez effectuer des formalités de création auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA). Ces démarches peuvent être effectuées en ligne, sur le site officiel des Chambres des Métiers : cfe-metiers.com.

ⓘ À SAVOIR :

Dans certains départements, le site cfe-metiers n’est pas accessible. Si vous avez un message vous indiquant que votre CFE n’accepte pas les déclarations en ligne, vous devrez donc faire l’inscription sur le site Guichet-Entreprises.fr.

Si vous effectuez ces démarches en ligne, sur les sites officiels cités ci-dessus, vous n’aurez aucun frais à payer, la création de votre auto-entreprise sera gratuite.

Vous pouvez également devenir auto-entrepreneur électricien en envoyant votre dossier de création par voie postale au CFE de la Chambre de Métiers.

⚠ ATTENTION ⚠

Les Chambres de Métiers ont la fâcheuse tendance à vous faire croire que vous devez régler des frais d’inscription (en général entre 50€ et 150€). Elles vous réclameront un règlement par chèque à leur envoyer par courrier en refusant votre dossier et en disant que celui-ci est incomplet. Il s’agit en réalité de frais d’accompagnement facultatifs. L’article 19-2 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 précise bien que les auto-entrepreneurs sont dispensés des frais d’immatriculation au répertoire des métiers.

Les pièces justificatives à fournir dans votre dossier de création auto-entrepreneur électricien

Que vous fassiez l’inscription en ligne ou par voie postale, vous devrez fournir un dossier de création complet comprenant les documents suivants :

  • Le formulaire de création (cerfa P0) ;
  • La copie recto/verso de votre pièce d’identité ;
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation ;
  • Un justificatif de domicile pour l’adresse de l’auto-entreprise ;
  • Une autorisation de communication aux tiers des informations transmises ;
  • Le justificatif de votre qualification professionnelle (diplôme ou justificatif de 3 ans d’expérience) ;
  • Un formulaire JQPA.

Certaines pièces complémentaires pourront vous être demandées par le Centre de Formalités de la CMA. C’est notamment le cas si vous optez pour le régime spécial de l’EIRL afin de protéger votre patrimoine personnel.

Vous devrez faire des choix importants sur le formulaire de création de votre auto-entreprise : périodicité des déclarations de CA, manière de libellé l’activité, mode d’imposition (option ou non pour le versement libératoire), protection de votre patrimoine personnel…

Pour faire les bons choix, éviter les erreurs, et au final économiser du temps et surtout plusieurs centaines d’euros par an, nous vous recommandons vivement de vous faire accompagner pour créer votre auto-entreprise dans les travaux d’électrcité ! Vous pouvez solliciter l’accompagnement de nos experts de l’auto-entreprise pour cela. Nous proposons d’ailleurs un premier entretien conseil téléphonique gratuit. Réservez votre créneau ici pour faire le point sur votre projet avec l’un de nos conseillers.

DEVENEZ AUTO-ENTREPRENEUR ÉLECTRICIEN

Déjà +1000 auto-entrepreneurs électricien nous ont fait confiance pour leurs démarches de création, pourquoi pas vous ?!

Pour vous éviter les erreurs courantes, ne rater aucune aide et accélérer vos démarches de création, confiez-les à nos experts ! Nous vous accompagnons de A à Z dans la création de votre micro-entreprise d’homme toutes mains, de la constitution du dossier d’immatriculation jusqu’à la réception rapide de votre numéro SIRET à domicile !

L’immatriculation et la réception du numéro Siret

Une fois la déclaration faite, et si votre dossier est complet, il sera traité par le Centre de Formalités. Ce dernier transmettra votre dossier à tous les organismes destinataires : Sécurité Sociale, Centre des impôts, INSEE, URSSAF, etc.

La Chambre de Métiers procèdera également à votre immatriculation au Répertoire des Métiers (RM), de manière automatique. Cette inscription est obligatoire pour tous les artisans, y compris les micro-entrepreneurs.

Vous recevrez ensuite par courrier :

  • L’avis de situation au répertoire Sirene envoyé par l’INSEE ;
  • L’extrait d’immatriculation D1P (équivalent de l’extrait Kbis pour les artisans) envoyé par la CMA ;
  • La notification d’affiliation à la sécurité sociale des indépendants envoyé par l’URSSAF ;
  • Le mémento fiscal envoyé par le service des impôts des entreprises.

Vous risquez également de recevoir d’autres courriers, aux allures officielles, vous réclamant de payer une certaine somme dans un délai très court (sous 8 à 15 jours). Ces courriers bien ficelés sont en grande majorité des arnaques, n’en tenez pas compte ! Il porte souvent les noms suivants : Info-Siren, Identification Légale, APE (affichage obligatoire), etc.

Pour l’auto-entrepreneur électricien, l’extrait D1P est le document officiel, délivré par la Chambre des Métiers, justifiant de l’existence de votre micro-entreprise. Ce certificat d’immatriculation au répertoire des métiers valable 3 mois contient notamment votre n° SIRET, les activités exercées et votre code APE.

Pour l’électricien auto-entrepreneur, le code APE est le 4321A (travaux d’installations électriques dans tous locaux).

Pour mieux comprendre comment est composé votre n° SIRET auto-entrepreneur, voici une explication en image :

Le dossier de demande d’ACRE

Si vous en remplissez les critères d’éligibilité, vous pourrez faire une demande d’ACRE. Cette aide à la création permet de bénéficier d’un taux réduit de cotisations sociales au démarrage de l’activité, pendant 12 mois maximum.

Vous devrez pour cela transmettre un dossier de demande d’ACRE à l’URSSAF, dans les 45 jours qui suivent la création de votre auto-entreprise. Ce dossier comprend, outre le formulaire de demande ACRE, les pièces justificatives prouvant que vous remplissez les critères d’éligibilité pour en bénéficier.

La première déclaration de chiffre d’affaires

L’artisan électricien devra effectuer des déclarations de chiffre d’affaires mensuelles ou trimestrielles. Toutefois, la première déclaration de CA intervient après un minimum de 90 jours d’activité. Vous trouverez toutes les informations sur les déclarations de CA en suivant le lien ci-dessus.

Les différentes charges d’un auto-entrepreneur électricien

L’électricien qui opte pour le statut d’auto-entrepreneur aura différentes charges à payer : les cotisations sociales, l’impôt sur le revenu, la cotisation foncière des entreprises, etc. Quoi qu’il en soit, un auto-entrepreneur ne pourra déduire aucune charge, aussi bien les cotisations, taxes ou impôts que les charges liées à son activité (frais de déplacements, achat des fournitures, de l’outillage, etc.).

Voici un récapitulatif des charges, taxes et impôts de l’auto-entrepreneur électricien.

Les cotisations sociales de l’électricien en auto-entreprise

En tant qu’électricien auto-entrepreneur, vos cotisations sociales sont allégées !

Si vous ne facturez que la main d’oeuvre à vos clients, votre taux de cotisations sociales sera de 22% du CA. Si vous facturez en plus la vente des fournitures et équipements, les cotisations seront de 12,8% sur le CA issu des ventes de marchandises, et 22% sur la main d’oeuvre.

ⓘ À SAVOIR :

Si vous bénéficiez de l’ACRE, vos taux de cotisations sociales seront réduits de 50% en 1ère année et passeront donc à 11% pour la main d’oeuvre, et à 6,4% pour la vente de fournitures et équipements.

D’autres charges et contributions seront prélevées en même temps que vos cotisations sociales :

  • La Contribution à la Formation Professionnelle (CFP) : entre 0,1% et 0,3% du CA ;
  • La Taxe pour Frais de Chambre consulaire (TFC) : de 0,22% à 0,48% du CA ;
  • Le Versement Fiscal Libératoire de l’impôt (seulement sur option) : de 1% à 1,7% du CA.

Pour en savoir plus sur les différentes charges de l’auto-entrepreneur, consultez notre article sur le sujet.

Les impôts de l’auto-entrepreneur électricien

L’auto-entrepreneur électricien aura 2 types d’impôts à régler : l’impôt sur le revenu et la cotisation foncière des entreprises.

L’impôt sur le revenu

Pour calculer et payer ses impôts sur le revenu, l’électricien en auto-entreprise aura 2 possibilités :

  • Le prélèvement à la source de son impôt : c’est le mode d’imposition classique applicable par défaut ;
  • L’option pour le Versement Fiscal Libératoire : sur option lors de la création de l’auto-entreprise, à condition de remplir les critères d’éligibilité.

Si vous optez pour le prélèvement à la source, vous réglerez alors des acomptes mensuels ou trimestriels d’impôt sur le revenu, directement à l’administration fiscale, en fonction de la tranche d’imposition de votre foyer fiscal.

Si en revanche vous choisissez l’option pour le versement libératoire, vous paierez votre impôt selon un pourcentage de votre CA comme expliqué ci-dessus. Ce paiement se fera en même temps que vos cotisations sociales, lorsque vous ferez vos déclarations de CA mensuelles ou trimestrielles. Vous paierez donc l’impôt à l’URSSAF, qui le reversera ensuite à l’administration fiscale.

L’option pour le versement libératoire peut être intéressante pour certains auto-entrepreneurs, car elle permet de faire de belles économies d’impôts. Cependant, elle peut aussi avoir l’effet inverse… et vous faire payer de l’impôt alors que vous n’en seriez normalement pas redevable !

Mieux vaut donc faire ce choix de manière éclairée. Et ne vous fiez pas à ce qu’on choisit vos connaissances ou proches, car cette option est à étudier de manière personnalisée. En effet, ce choix dépend de votre situation fiscale : nombre de parts dans votre foyer fiscal, autres sources de revenus, etc. Pour cela, rien de mieux qu’une simulation pour savoir quelle est l’option qui vous est la plus favorable !

En cas de doutes, faites-vous accompagner par nos experts pour créer votre auto-entreprise. Ils vous aideront à choisir la meilleur option dans votre situation afin de faire diminuer au maximum le montant de votre impôt sur le revenu !

Devenez auto-entrepreneur électricien aujourd'hui !

Confiez vos démarches de création d’auto-entrepreneur électricien à nos experts : évitez les erreurs, ne ratez aucune aide et accélérer vos démarches !

La Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)

La CFE est un impôt local assimilable à la taxe foncière pour les particuliers. Cet impôt est en principe dû par toutes les entreprises, y compris les auto-entrepreneurs, même si vous n’avez pas de locaux professionnels et que vous indiquez votre adresse personnelle comme adresse de l’auto-entreprise.

Il existe toutefois certaines exonérations et….

Bonne nouvelle : l’auto-entrepreneur électricien est un artisan, il peut donc être exonéré de CFE !

Il faudra toutefois faire une demande d’exonération de CFE au Service des Impôts des Entreprises pour en être exonéré.

Normalement, la CFE varie entre 200€ et 3600€ par an pour un auto-entrepreneur. Cela peut donc faire de belles économies !

Se faire connaître en tant qu’électricien auto-entrepreneur

Outre les démarches liées à la création de votre micro-entreprise, il est important de prendre en compte certains éléments pour vous faire connaître. Pourquoi ? Car la concurrence est de plus en plus rude, surtout à l’ère d’internet. Voici quelques conseils pour booster votre activité.

Réaliser une étude de marché

Certes, l’auto-entrepreneur n’est pas obligé de mener une étude de marché pour commencer son activité, mais il est fortement conseillé de l’effectuer pour partir sur de bonnes bases. Ainsi, vous pourrez mettre en place une stratégie ficelée avec soin pour mettre toutes les chances de votre côté.

Communiquer localement

Pour attirer vos premiers clients, il est conseillé d’utiliser des canaux de communication classiques, comme les flyers, les cartes de visite, etc.

Il est également très important de créer votre fiche sur Google My Business. C’est gratuit, et cela vous permet d’être référencé sur les résultats de Google et sur la carte lorsqu’un client fera une recherche du type “électricien + ville”.

N’oubliez pas également d’être présent sur les réseaux sociaux, ou encore d’avoir un site Internet pour votre auto-entreprise et de l’optimiser pour le SEO (référencement naturel).

Le bouche-à-oreille

Pour développer rapidement votre micro-entreprise, le bouche-à-oreille sera sans doute très utile. Par ailleurs, il ne faut pas oublier l’importance des recommandations clients sur les réseaux sociaux, votre site web, etc. En effet, les recommandations et avis clients favorisent la réussite du bouche-à-oreille.

Pour aller plus loin, découvrez nos 10 conseils pour trouver des clients en auto-entreprise.

FAQ : devenir auto-entrepreneur électricien

💡 Comment devenir électricien en auto-entreprise ?

Pour devenir auto-entrepreneur dans l'électricité, il faudra réaliser les démarches de création de votre auto-entreprise auprès du Centre de Formalités de la Chambre des Métiers. Cette démarche peut être faite gratuitement en ligne, sur le site officiel des chambres des métiers. Il faudra pour cela remplir un formulaire de création (cerfa P0) et envoyer un dossier complet de création d'auto-entreprise au CFE.

🎓 Peut-on devenir auto-entrepreneur électricien sans diplôme ?

Non, le métier d'électricien est réglementé. Vous devrez donc justifier d'une qualification professionnelle pour pouvoir créer votre auto-entreprise dans le domaine de l'électricité. Il faudra fournir un diplôme de niveau CAP minimum ou pouvoir justifier d'au moins 3 ans d'expérience en tant qu'électricien.

📊 Quel est le plafond de chiffre d'affaires de l'auto-entrepreneur électricien ?

Si vous ne facturez que la main d'oeuvre, votre plafond de CA sera de 72 500 € de CA HT par an. Si vous souhaitez également vendre des fournitures et équipements, le seuil maximum sera alors de 176 200 € par an, sans dépasser 72 500 € de CA HT par an pour la partie main d'oeuvre.

🛡 Quelles assurances pour l'électricien en micro-entreprise ?

L'auto-entrepreneur en électricité devra souscrire à plusieurs assurances obligatoires : la responsabilité civile professionnelle, l'assurance biennale, et l'assurance décennale.

Voilà, vous savez tout de l’activité d’auto-entrepreneur électricien !

Si vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement complet comprenant notamment un entretien conseil pour créer votre auto-entreprise électricien, n’hésitez pas à faire appel à nos experts ! Nous vous proposons également un logiciel auto-entrepreneur qui vous permet d’automatiser toutes vos déclarations pour vous simplifier la vie et vous assurer d’être toujours en règle par rapport à la législation en vigueur : testez-le gratuitement pendant 1 mois !

Les autres articles à lire absolument :